Organisation

Nous sommes une équipe de 200 délégués formés exerçant leurs activités sur le terrain et de 16 collaborateurs se tenant à votre disposition au bureau central pour vous apporter aide et conseil.
Nous pouvons par ailleurs compter sur les services d’un juriste et de quelques collaborateurs occasionnels.

Une équipe complète se tient donc à la disposition des affiliés.

Comment pourrait-il en être autrement pour une organisation comptant plus de 10.000 affiliés ?

Organisation

Le début

La loi de discipline interdisait au personnel de la Défense de «s’affilier à une organisation syndicale». Cela veut dire que, par rapport à d’autres groupes professionnels du SLFP, nous avons des racines différentes. Faisons un petit retour en arrière, jusqu’au début des années ’60.
L’Union Professionnelle des Sous-officiers de Belgique était l’une des nombreuses asbl qui s’étaient créées dans le but de permettre au personnel de militer au sein d’une association. En 1968, l’asbl Centrale Syndicale Militaire Syndic a vu le jour. Elle représentait toutes les catégories de personnel. Notre ancien président Luc Heyvaert et Etienne Grooten en étaient, parmi d’autres, de réelles chevilles ouvrières. Le but envisagé : se rapprocher le plus rapidement possible du véritable syndicalisme.

L’asbl qui venait d’être mise en place connut immédiatement un grand succès. Ses 2000 membres décidèrent sans tarder de mener le ‘forcing’ en tentant de se rapprocher de l’une des trois grandes formations syndicales.

La seule organisation syndicale intéressée était le SLFP qui a immédiatement fait preuve d’enthousiasme et nous a reçus les bras ouverts.

Affiliation du SLFP

Le 16 février 1973 une fusion de principe a finalement été concrétisée, le SLFP et la Centrale Syndicale Militaire ayant décidé de travailler ensemble. Des négociations étendues, ayant eu lieu, l’assemblée générale de Syndic avait décidé à l’unanimité de rejoindre les rangs du SLFP. Entre-temps avait été approuvé un nouveau règlement de discipline s’appliquant à l’armée qui permettait aux militaires de s’affilier légalement à une organisation syndicale civile. Syndic eut ainsi l’occasion de fusionner effectivement avec le SLFP. Le SLFP-Syndic était devenu réalité.

C’est la force de persuasion de nos prédécesseurs qui a incité le Ministre de la Défense nationale de l’époque, monsieur Vanden Boeynants, à permettre que le syndicalisme fasse son entrée aux forces armées. C’est la loi syndicale de 1978 qui a officiellement initié cette nouvelle situation. Pour que l’exécution de la loi syndicale puisse être mise sur pied, il a fallu vaincre de nombreux obstacles, également à la Défense. Au fil des années, nous avons pu constater que la mentalité de nos chefs changeait. Le syndicalisme, pour sa part, a évolué tout aussi bien. Le syndicalisme radical a cédé sa place au dialogue et à l’argumentation.

Civils et militaires sous le même toit

Fin 2002, le comité directeur du SLFP a autorisé le Groupe SLFP-Syndic à reprendre les compétences concernant le personnel civil de la Défense. Les civils ressortissent au comité de secteur 14 de la Fonction Publique et étaient à l’époque intégrés au Groupe 2 Ministères du SLFP. La reprise desdites compétences a signifié un pas en avant important dans le cadre d’une professionnalisation et d’une rationalisation plus poussées du fonctionnement de notre organisation.

En 2003, le SLFP Syndic est devenu l’organisation professionnelle du personnel de la Défense. Pour la première fois dans l’histoire, les militaires et les civils étaient réunis dans un seul groupe, ce qui constitue notre grande spécificité sur la scène syndicale. A partir de cette année-là, nous étions, à la table de négociations, le seul partenaire social à pouvoir parler à la fois au nom des militaires et des civils.

Un nouveau logo, un nouveau nom

Depuis le 1er janvier 2009, nous sommes officiellement connus sous le nom de SLFP Groupe Défense et ce changement de nom a été souligné par l’adoption d’un nouveau logo.

Nous continuons néanmoins d’opérer comme un seul groupe, se dévouant aussi bien pour les militaires que pour les civils de la Défense. Autrement dit : le Groupe Défense est et reste un groupe solide.