22.11.19 Belles promesses pour les contrôleurs du ciel militaires !

Nous vous informions le 25 octobre sur le déménagement des contrôleurs aériens militaires (ATCO’s) et leur future collaboration avec leurs homologues civils de SKEYES. Nous vous avions communiqué nos différentes inquiétudes face à aux zones d’ombres de l’accord d’exécution entre la Défense et SKEYES.


Le SLFP-Défense a participé ce 20 novembre à une réunion conjointe SKEYES-Défense qui avait pour but d’informer les organisations syndicales représentatives sur ce fameux accord, qui sera peut-être bientôt signé avec 4 mois de retard.

Cette réunion n’a malheureusement pas permis d’éclaircir tous les points. Il reste notamment la question de la gestion en cas de grève du personnel de SKEYES. Il serait inacceptable que les militaires soient utilisés comme briseur de grève en gérant le travail aérien civil ! Sans service minimum imposé à SKEYES par le futur gouvernement, nous restons sur nos gardes.
Autre point sensible : les possibilités de mobilité annoncées pour les contrôleurs aériens de la Défense vers SKEYES qui comprennent en réalité de multiples conditions restrictives comme la disponibilité de places pour les militaires, un avis d’opportunité de la Défense et la sélection par SKEYES.
Et « last but not least », la Défense a annoncé étudier une revalorisation pécuniaire des contrôleurs aériens grâce à un système de primes. Même si on salue l’initiative, cela témoigne encore du manque de vision globale en termes de ressources humaines. Le fossé salarial de toutes les spécialités militaires se creuse avec les homologues hors Défense ! Que prévoit la Défense pour le reste des militaires ?.

La constatation reste donc identique : nos militaires se retrouvent être du personnel « bon marché » dans des secteurs en pénurie. A quand plus de respect et reconnaissance pour le personnel de la Défense ?