03.10.18 La maladie n'est pas un choix! Diminution du salaire des militaires à partir du 31ème jour d’AMS

Parallèlement à l’entretien du SLFP avec le ministre Vandeput du 2 octobre quant aux fonctionnaires fédéraux, le SLFP-Défense a rencontré ce même ministre le 3 octobre pour le personnel militaire.

Il ressort du conclave budgétaire de juillet que la décision de principe de l’abolition du capital maladie aurait également un impact sur les corps spéciaux dont les militaires qui ne peuvent épargner un tel capital. La réduction de salaire de 40% à partir du 31ème jour d’absence pour motif de santé (AMS) serait également appliquée aux militaires.

Pour le SLFP-Défense, cette décision de principe est incohérente avec l’ensemble d’un système performant lié  à la spécificité militaire : les AMS, la Commission Militaire d’Aptitude et de Réforme (CMAR) et la pension pour inaptitude médicale.

Alors que leurs définition et caractéristiques diffèrent substantiellement de celles des fonctionnaires, ces AMS pour un militaire :

  1. ne peuvent être épargnées et donc permettre un éventuel « départ prématuré » avant la pension ;
  2. sont imposées à partir du début de la procédure CMAR ;
  3. ne sont pas caractérisées dans le mois comment étant éventuellement liées à un accident du travail, un accident sur le chemin du travail ou une maladie professionnelle ;
  4. peuvent être liées à un entrainement physique en dehors des heures de service afin de conserver sa qualité de militaire ;
  5. devraient être objectivement quantifiées au sein de la population militaire au fil d’une carrière physiquement exigeante afin de ne pas réformer un système général pour quelques dysfonctionnements du monde médical.

Par notre expérience en la matière et comme salué en Comité B auquel il participe, le SLFP-Défense revendique la qualité de l’outil qu’est la CMAR à travers :

  1. ses compétences et les décisions rendues ;
  2. son haut rendement de reprise du travail ;
  3. le faible taux d’inaptitude définitive aboutissant à une pension pour inaptitude médicale.

Pour le SLFP-Défense, cette décision de principe est une énième mesure d’économie budgétaire aveugle du gouvernement à nouveau sur le dos du personnel de la Défense qui risque de détricoter un système actuellement cohérent.