10.03.17 Le SLFP Défense rencontre le Cabinet des Pensions

 Ce jeudi 9 mars, le SLFP Défense a été reçu par le chef du cabinet du ministre des pensions, monsieur Vlemincq et son adjointe, madame Delogne. Le but de cette rencontre était pour chaque organisation syndicale de présenter son mémorandum sur les pensions. A la suite de ces présentations, nous avons discuté avec le chef du cabinet et son adjointe, discussion qu’il a qualifiée de constructive. Savons-nous quelques choses de nouveau à propos du dossier pension ? Avons-nous commencé les négociations ? Bien évidemment la réponse est non, nous ne savons rien de plus que ce que nous savions déjà ! La pension future des militaires va s’articuler autour d’un socle commun pour tous moyennant une condition d’âge et une condition de carrière pour le militaire et en ce sens notre mémorandum se rapproche le plus de la vision du gouvernement.

La clé essentielle du dossier pension !

Une nouvelle législation n’interviendra pas avant que les discussions autour de la pénibilité des métiers n’aboutissent complètement et qu’une vision claire soit faite sur l’influence de cette pénibilité des métiers sur le nouveau régime de pension des militaires ! Enfin, ce qui est certain également, c’est que la législation n’entrera pas en vigueur avant le 1er janvier 2019.

Pour rappel ce que nous savons :

· Relèvement progressif de l’âge de la pension (à la demande) à 63 ans (décision de principe du 15 octobre)

· Mesures transitoires possibles pour :

Les personnes ayant été un moment dans les conditions pour prendre sa pension

Les personnes bénéficiant actuellement de mesures transitoires

Les personnes « proches » de la pension (décision de principe du 23 décembre)

Est-ce que ces décisions de principe sont suffisantes pour nous ? Est-ce que ces décisions sont satisfaisantes pour nous ? Bien sûr que non !

L’heure est à nouveau à l’attente. Un nouveau kern aura lieu la semaine prochaine, en date du 17 mars, au sujet du dossier pension. Y-aura-t-il de nouvelles décisions de principe ? Peut-être mais il semble difficile que celles-ci puissent entièrement rencontrer nos attentes. Il nous faudra attendre les textes et les véritables négociations pour se prononcer là-dessus.

Néanmoins, iI serait grand temps pour notre « seul allié » selon lui, le ministre Vandeput, de montrer son réel soutien aux militaires. Au-delà des mesures transitoires qui seront négociées si celles-ci nous paraissent insuffisantes, nous nous adresserons à notre « allié », le ministre Vandeput car d’autres mesures peuvent certainement être prises au niveau du département.

Si rien n’est fait de son côté à ce moment-là, l’heure sera à l’action !